Lester Brown/EPI
Autres publications
Permaculture
Vidéos
Citations
Approche
Stratégie
Évolutivité
Communication
Outils
Offre conseil
Approche
Formations
Consultant DD
Sensibiliser
Partenaires
Références
-mentionsl-égales-crédits-carte-site- Ressources pour le développement durable logo ECOLOGIK
 

retour à la liste des articles

Ce ballon qui gonfle sans cesse (et auquel on colle des Rustines)

Envoyez SVP vos

 

rustine

Est'il concevable de penser autrement ?!

Mon goût prononcé pour la forme sphérique me pousse à utiliser la métaphore d'un ballon que l'on gonfle sans cesse pour décrire le fonctionnement du système économique. Que ce soit au niveau d'un individu, d'une famille, d'une entreprise ou d'un état, il faut que le niveau de richesse augmente. En effet, le paradigme de la croissance continue gouverne le fonctionnement de notre système économique actuel.

De plus, l'économie est devenue mondiale. Les richesses produites localement sont donc bien souvent destinées à des marchés lointains. Le flux des échanges mondiaux est devenu très dense en l'espace de quelques décennies et échappe à tout contrôle, accentuant la pression sur les producteurs. La dépendance à des zones de production lointaines est l'envers du décors d'une profusion de biens et de services, vu du coté du consommateur.

Cette densification des flux lointains, conjuguée au précepte de la croissance continue, entraîne des déséquilibres (ou des perturbations) croissantes. Elles se manifestent en dysfonctionnements dans ce système globalement interconnecté. Ces dysfonctionnements peuvent se regrouper en différentes catégories, telles que : ruptures d'approvisionnement sur les marchés des matières premières, spéculations, création de bulles, pollutions accrues, précarité sociale.... autant de fuites dans le ballon, qu'il convient de stopper pour poursuivre l'objectif initial: le gonfler de plus en plus.

Quand ces perturbations sont trop importantes, on voit émerger une crise. Alors des solutions sont imaginées, pour corriger rapidement les effets causés par les dysfonctionnements. Et en reprenant notre métaphore, corriger les effets au lieu de traiter les causes correspond symboliquement au fait de coller une Rustine.

Le souci est que depuis l'après-guerre la réparation des dysfonctionnements successifs fait ressembler notre ballon à un patchwork, né du collage successif de Rustines, tandis que l'action de fond, celle de gonfler ce même ballon perdure. Loin d'augmenter la résistance du ballon, l'assemblage des Rustines lui fait perdre de l'élasticité. Le système d'ensemble se complexifie et devient plus sensible et plus vulnérable.

Dans l'antiquité, l'économie désignait l'art de bien vivre, en incluant les moyens de subsistance (agriculture, artisanat, chasse et cueillette), les activités minières, le commerce et la chrematistique; Cette dernière désigne l'art de l'acquisition, c'est à dire soit l'acquisition de valeurs d'usage par le biais du commerce, soit l'art de gagner de l'argent (l'accumulation de valeurs d'échange).

Constatons simplement que cette dernière, par le levier des fonds spéculatifs et de la création continue de monnaie domine largement la première. A mesure que la bulle virtuelle générée par les fonds spéculatifs (rappelons que les transactions financières représentent aujourd'hui 50 fois plus que les sommes consacrées au commerce réel) grossit, le ballon se gonfle toujours un peu plus.

En résumé, des niveaux de déséquilibres engendrent des dysfonctionnements solutionnés par des régulations qui s'attaquent davantage aux effets qu'aux causes réelles, stabilisent les emballements successifs, comme lorsqu'on colle des Rustines lorsqu'on constate que de l'air s'échappe d'un pneu percé.

A court terme, ce mode de fonctionnement est salutaire. A long terme certainement pas, car trop de pression accumulée finit par provoquer un changement d'état brutal du système, qui, en reprenant la métaphore du ballon décoré de Rustines, finit par éclater.

Marc Zischka

retour à la liste des articles

 
accueilentrepriseformationconseilressourcesespace-clientscontact